Côtes-de-Fer proteste !

0
245
Les jeunes de Côtes-de-fer ont marché dans les rues du Centre Ville dénonçant les dirigeants de la Commune pour leur incompétence, leur irresponsabilité et leur indifférence à l’égard de la population

Depuis le lundi 22 juin 2020, un grand nombre de jeunes de la population de Côtes-de-fer sous la houlette de certaines organisations telles que : Jeunesse engagée des Côtes de Fer et la Voix jeunesse de Côtes de Fer,  est descendu dans les rues pour dénoncer entre autres une corruption institutionnalisée qui sévit dans cette commune de l’arrondissement de Bainet dans le département du Sud-est.

Une vue de la manifestation du 22 juin à Cotes-de-fer

Les jeunes ont marché dans les rues du Centre Ville dénonçant les politiciens et les dirigeants de la Commune pour leur incompétence, leur irresponsabilité et leur indifférence à l’égard de la population, suite au Centre professionnel de la ville qui ne fonctionnait depuis un laps de temps et cela dans l’indifférence des dirigeants alors qu’il n’y aucune activité professionnelle pouvant aider les jeunes à préparer leur avenir.

De 2013 à 2020, cela fait 7 ans déjà. Mais, qu’est-ce qu’on a fait avec le montant d’argent des abonnés de Dinepa ?

« C’est une jeunesse aux abois qui veut intégrer les institutions publiques. Ici, les recrutements se font sur une base partisane » avait déclaré un étudiant en droit à l’Université d’Etat d’Haïti, Ralph Moïse.

« A bas la Corruption, les Côtes-de-Ferroises en disent assez »

Sur les pancartes et banderoles en main on pouvait lire des slogans tels que «  A bas la Corruption, les Côtes-de-Ferroises en disent assez » « Où sont passés les 11 millions gourdes de l’électricité ?». Ils font référence aux 11 millions de gourdes pour un projet d’électricité qui n’a pas abouti.

Au cours de cette protestation qui continue selon les militants jusqu’à ce que l’Etat haïtien entende leur voix. Les manifestants en colère ont tout bonnement fermé certains bureaux tels que celui la Direction nationale de l’Eau potable, de l’Assainissement et de la Mairie de la ville. Tout au cours du parcours le commissariat de la PNH avec ses quatre policiers s’est bien comporté face à la jeunesse côte de ferroise révoltée.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY