Catastrophes politiques

0
274

Il arrive dans le pays que l’opinion se laisse facilement prendre au jeu cynique et macabre du secteur politicien réactionnaire et c’est ce qui est en train d’arriver puisque les idées dominantes dans une société de classe restent toujours celles de la classe dominante.

Ce n’est pas sans raison que des informations erronées, alarmistes, mensongères, construites et diffusées à dessein et à bon escient continuent de faire la une de façon à désorienter l’opinion tout en essayant de mettre face à face les masses populaires jusqu’à les forcer à embrasser sinon accepter leur ennemi des forces réactionnaires comme leur sauveur.

Alors que l’escalade de la violence continue activement, il est difficile de ne pas conclure que les difficultés que le pays traverse actuellement ne sont pas nées d’aujourd’hui, au contraire, c’est une débandade conditionnée qui a finalement atteint son paroxysme. Cette descente aux enfers est essentielle pour les forces réactionnaires car l’impérialisme ne s’attaque pas à n’importe quel pays.  Il ne nous a jamais pardonnés notre solidarité agissante et indéfectible à l’égard des peuples frères que nous avions aidés à combattre l’esclavage et la colonisation espagnole, de nos prises de position claires en faveur de toutes les luttes de libération et révolutionnaire menées sur notre continent et partout dans le monde. 

L’objectif primordial de l’ennemi principal n’a pas changé d’un iota, il s’agit de nous punir, de nous réduire à néant de sorte que nous nous détruisions l’un l’autre.

Haïti fera toujours l’objet de complots de toutes sortes, de la terreur et du désarroi, de coups d’état, d’une guerre sournoise mais de plus en plus implacable vu que le monstre impérialiste ci-devant esclavagiste n’a rien perdu de son agressivité à vouloir la démanteler ou la détruire même s’il reconnait ses faiblesses et ses difficultés grandissantes. 

L’objectif primordial de l’ennemi principal n’a pas changé d’un iota, il s’agit de nous punir, de nous réduire à néant de sorte que nous nous détruisions l’un l’autre. Aussi, pour atteindre ses projets, il cherchera toujours à provoquer toutes sortes d’affrontements et de conflits, des malversations et  des opérations malhonnêtes en tout genre sous les applaudissements des forces réactionnaires internes, ses alliés locaux, caméléons de tout acabit qui les exploitent alors tout en incitant à des passions aveugles. 

Aussi longtemps que le peuple haïtien combat, en suivant la route pour un changement fondamental le complot impérialiste se poursuivra. La lutte du peuple haïtien pour sa libération nationale ne peut pas être placée en dehors de son passé historique. Il nous faut lutter et placer toutes nos actions dans le sens de notre histoire révolutionnaire, seul moyen d’établir la vérité sur nos troubles et tragiques péripéties qui continuent à nous hanter.  Ce n’est pas par hasard si une pute de l’empire Etatsunien qui nous domine, nous a une fois affligés de calomnies jusqu’à même nous avoir traité de « shithole country ». 

Ce n’est pas par hasard si une pute de l’empire Etatsunien qui nous domine, nous a une fois affligés de calomnies jusqu’à même nous avoir traité de « shithole country ».

Le complot impérialiste continuera à se manifester, complot économique, complot électoral, complot de sabotage à tous les niveaux d’un pays souverain. D’autres complots, d’autres catastrophes politiques viendront encore nous assaillir pour nous discréditer aux yeux de l’opinion internationale et de plus nous faire porter la responsabilité de la destruction de notre pays qu’ils ont pleinement et patiemment orchestrée.

Dans cet océan de catastrophes, nous ne saurions oublier leur agression armée à travers des commandos et des assassins criminels dirigés par Emmanuel Constant et Guy Philippe. Pourquoi, n’y avait-il pas, en ces temps-là,  aucune condamnation des actions de ces mercenaires qui ont été des violations flagrantes des droits de l’homme? Aucun rapport de ces massacres ; les bandits au service des puissances réactionnaires ont été plutôt qualifiés par un indigène de service, l’ancien Premier ministre Gérard Latortue,  de « combattants pour la liberté ».

La guerre que l’impérialisme et ses valets locaux représentés au sein de la présente opposition bourgeoise et du gouvernement décrié mènent contre le pays et le peuple haïtien est totale, réelle et violente. Evidemment, il est nécessaire de comprendre la situation dans laquelle nous nous trouvons de façon à mettre en fonction la volonté nécessaire de transformer de telles catastrophes en épopée.

Ceux qui sont prêts à collaborer, les capitulards, ne font que propager la continuité ou la transition de rupture pour masquer la transition dans la continuité pour réformer l’Etat au profit de l’impérialisme et pour rassurer l’hégémonie du système capitaliste moribond. Au bout du compte, les collabos ne veulent qu’enfoncer leurs informations erronées, alarmistes, et mensongères comme un clou dans l’opinion nationale pour éviter de prendre forme toute nouvelle période révolutionnaire en Haïti.

Mais, nous le savons, tôt au tard et quoi qu’il arrive au cours de cette route épineuse de catastrophes, la victoire finale appartient au peuple travailleur défavorisé et déshumanisé qui fera échec à toutes les manœuvres de l’impérialisme et de ses agents locaux.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY