Attention au piège de Washington !

0
195

La crise politique haïtienne est un exemple concret de manipulation cynique des puissances impérialistes. Est-ce à un examen de conscience que vient de procéder l’Organisation des États Américains (OEA), quand dans le dernier Communiqué du Secrétariat général sur Haïti, elle a reconnu que la présence internationale en Haïti n’a été qu’une « stratégie de politique erronée » ?

Qu’est-ce qui a contraint l’organisation hémisphérique à faire de telles révélations ? Quand elle souligne : « Les 20 dernières années de présence de la Communauté internationale en Haïti constituent l’un des échecs les plus importants et manifestes de mesures mises en œuvre et d’actions réalisées dans le cadre de quelque action de coopération internationale que ce soit ». N’y a-t-il pas là un jeu de cache-cache, voire un jeu de dupes ?

Est-ce un hasard si, tout au long du texte confus de l’OEA, on fait référence à une quelconque Communauté internationale sans jamais mentionner le véritable maître du jeu, la véritable sangsue : les Etats-Unis d’Amérique ? Pas vraiment !

Washington depuis le mouvement populaire de 1986 s’inquiète et craint toute situation instable dans le pays.

L’OEA justement, sous la coupe réglée des Etats-Unis aurait dû avoir le courage de dire toute la vérité, si elle n’était pas en train de cacher quelque chose. Il est évident que Washington depuis le mouvement populaire de 1986 s’inquiète et craint toute situation instable dans le pays.

Le moins que l’on puisse dire, et nous l’avons en maintes fois répété dans nos colonnes : Washington est le principal responsable de l’architecture de cet échec lamentable en Haïti. Ce sont les dirigeants américains qui ont facilité ou imposé en complicité avec l’OEA une succession ininterrompue d’autocrates à la tête du pays. L’occupation de 1915-1934 s’est transformée en une domination encore plus vivante que jamais.

Pour planifier la guerre contre l’Iraq, est-ce que Washington n’avait pas exprimé en février 2003 que « si l’ONU ne fait pas ce que nous souhaitons, alors elle est irrelevant », elle ne sert à rien ? Alors, cette histoire de Communauté internationale est juste une couverture pour Washington afin de montrer un prétendu caractère mesuré de sa politique, de sa traditionnelle puissance impérialiste et, ainsi, cacher son vrai visage. La vérité est que les Etats-Unis ont été l’instigateur de toute une panoplie d’occupations du pays sous couvert des Nations-Unies avec une présence militaire massive sous prétexte de « Mission de Stabilisation et de Paix » ce qui, en réalité, a servi justement à déstabiliser et désinstitutionnaliser le pays.

Ce qu’il y a de désolant pour ne pas dire de comique dans le Communiqué de l’OEA c’est cette précision qu’ « Il est absurde de prétendre que sous ce schéma de destruction, des Haïtiens complètement seuls, polarisés et avec très peu de ressources peuvent reconstruire ou construire un projet de sécurité, de ré-institutionnalisation et de développement qui permette à 12 millions d’habitants de recomposer une coexistence pacifique ».

C’est très mal connaitre la problématique haïtienne. Certes, nous ne sommes pas un peuple parfait, nous avions fait des erreurs, commis des bêtises de toutes sortes. Mais c’est également vrai que l’OEA ne peut passer sous silence toutes les attaques fomentées par les Etats-Unis pour déstabiliser notre pays. Des coups d’Etat en cascade à chaque gouvernement populaire, nationaliste qui tentait d’apporter une certaine amélioration dans le pays.

Alors que les gouvernements réactionnaires sont toujours bien accueillis par les Etats-Unis et ces deux institutions tentacules : l’OEA et l’ONU.

On ne peut pas tourner cette page sans faire ces rappels édifiants, qui sont des récents événements concrets tels que : le coup d’Etat en 1950 contre le Président Dumarsais Estimé, et ceux contre Jean-Bertrand Aristide, (1991) et (2004) sans oublier à cette époque le gel de 500 millions de dollars d’aide humanitaire d’urgence. Les Etats-Unis ont coupé les sources de financement bilatéral et multilatéral jusqu’à laisser l’économie haïtienne totalement effondrée.

La situation haïtienne telle qu’elle est désormais est la conséquence de la politique américaine en Haïti et c’est exactement ce dont rêvaient toutes les administrations américaines sans exception. La violence a été instituée par le support de la Centrale Intelligence Agency (CIA) qui a créé et financé en 2004 une rébellion armée pour combattre le pouvoir d’alors. En ce temps-là, les Etats-Unis finançaient les réactionnaires de l’opposition dont la plupart sont des acteurs clés dans la crise multidimensionnelle actuelle. Dans combien d’élections en Haïti, les Etats-Unis ne sont-ils pas intervenus pour imposer leurs diktats tout en finançant les putschistes ? Alors, qui a provoqué cette situation explosive d’insécurité dans le pays ? Qui a allumé la mèche ? Qui a mis le feu aux poudres ? Voilà ce qui contribue au délabrement structurel que nous vivons présentement.

Le peuple haïtien doit faire tout pour ne pas tomber dans cet autre piège que nous tendent les Etats-Unis à travers ces larmes de crocodiles de l’OEA.

En fait, cet énoncé de l’OEA sous la direction du très réactionnaire Luis Almagro est une énième répétition d’un scenario bien orchestré de bluff et d’hypocrisie fabriquée de toutes pièces par Washington pour continuer à démanteler notre pays et le livrer invariablement à l’anarchie. Malgré ces beaux constats, ce Communiqué ne saurait être dans l’intérêt du pays ni du peuple haïtien.

Qui pis est, quand l’OEA sans aucun respect pour le peuple haïtien propose certains éléments de processus pour remédier à cette situation tout en prenant soin d’ajouter ces «  processus nécessitent la coopération de la Communauté internationale, évidemment pour tout ce qui a trait aux ressources nécessaires, qu’elles soient financières, humaines ou matérielles ». N’est-ce pas nous demander de compter sur les mêmes forces obscures qui nous détruisent de nous sortir du marasme dans lequel elles nous entretiennent ?

Le peuple haïtien en lutte pour un changement fondamental doit faire tout ce qui est dans sa capacité organisationnelle pour ne pas tomber dans cet autre piège que nous tendent les Etats-Unis à travers ces larmes de crocodiles de l’OEA. Par cette perfidie, Washington cherche à rendre la tâche facile aux protagonistes de la transition pour leur dialogue, de sorte que nous retournions à la case départ de nos malheurs.

Dans ce contexte de bouleversement, le peuple en a marre des malfaiteurs États-Uniens, de la duplicité de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), et de la perfide Organisation des États américains (OEA), sorte de Ministère des Affaires Coloniales des USA qui se convertissent tout à coup en bienfaiteurs. Tout ce que le peuple haïtien demande, c’est de le laisser en paix et prendre sa destinée en main. Car il peut porter ses aspirations avec grand espoir, résoudre ses problèmes en solidarité avec d’autres peuples frères. Un peuple uni gagnera toujours et ne sera jamais vaincu.

C’est l’intime conviction de tous les peuples en lutte pour leur pleine souveraineté.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here