République Dominicaine : les paramilitaires néofascistes renforcent la répression

1
65
L’Ancien Ordre Dominicain (AOD) est un groupe paramilitaire néo-fasciste d’extrême droite. Il se décrit comme un mouvement nationaliste « créé pour l'expulsion des Haïtiens des villes dominicaines ».

«Veuillez signaler ce tweet! Et si vous disposez d’un espace à partager avec d’autres membres de votre cercle d’amis de confiance, demandez-leur de faire de même ». J’ai reçu ce SMS après que le groupe ultranationaliste dominicain Antigua Ordre Dominicain a publié un tweet dénonçant un couple homosexuel dans le pays. Au cours de la dernière décennie, je me suis habitué à ce type de demandes de soutien après que des groupes ultranationalistes ont appris l’existence d’un individu connu pour son activisme « en faveur des Haïtiens » ou « adhérant à l’idéologie du genre ». Les commentaires sur les messages offensants se remplissent rapidement de menaces de mort, d’épithètes racistes et xénophobes et d’accusations de trahison. Souvent, celles qui font l’objet d’une surveillance et d’une répression parce qu’elles sont identifiées dans les médias traditionnels et sociaux sont des femmes noires racialisées.

L’Ancien Ordre Dominicain (AOD) est un groupe paramilitaire néo-fasciste d’extrême droite dont l’objectif est de protéger la République Dominicaine « à tout prix ». Les membres du mouvement portent des bottes de combat noires et des uniformes militaires noirs estampés sur le bras du drapeau dominicain et des mots « Dieu, Patrie, Liberté ». Sur Facebook, où AOD compte plus de 77 000 abonnés, le groupe se décrit comme un mouvement nationaliste « créé pour l’expulsion des Haïtiens des villes dominicaines ». Au cours de la dernière décennie, les membres de l’ODA – souvent alors que la police nationale dominicaine détournait le regard – ont régulièrement perturbé les marches et les veillées organisées par des groupes féministes et antiracistes pour dénoncer les violations des droits humains contre les migrants noirs, les femmes et les communautés LGBTQIA+ haïtiennes et dominicaines. . Plus récemment, en octobre 2023, des membres de l’ODA ont menacé et harcelé les participants à une veillée de solidarité avec les Palestiniens à Saint-Domingue.

Le mouvement paramilitaire s’inscrit en fait dans un schéma historique et régional plus large de violence, de censure et de menaces étatiques et les attaques non étatiques de droite contre les femmes noires et migrantes au cours du siècle dernier.

Bien que les tactiques d’intimidation anti-haïtiennes, anti-Noires et homophobes de l’ODA puissent à première vue sembler être l’œuvre d’un groupe marginal, le mouvement paramilitaire s’inscrit en fait dans un schéma historique et régional plus large de violence, de censure et de menaces étatiques et les attaques non étatiques de droite contre les femmes noires et migrantes au cours du siècle dernier. Au cours des dernières décennies, la République dominicaine a connu un retrait des mouvements fascistes et de droite qui dépendent de plus en plus de la solidification de groupes paramilitaires néofascistes. Alors que les groupes paramilitaires étaient présents sous les régimes et dictatures de droite précédents, leur présence actuelle témoigne des nouveaux contours qui façonnent la répression contre toute personne considérée comme une menace à la souveraineté dominicaine.

Alors que la République dominicaine se prépare aux élections présidentielles de 2024, on s’attend à ce que le bouc émissaire d’Haïti, des migrants haïtiens et de leurs descendants augmente. Plus récemment, ces perturbations se sont étendues aux espaces éducatifs, où les inquiétudes concernant un livre pour enfants bilingue écrit en espagnol et en créole haïtien, ainsi que les faux récits sur la poésie érotique enseignée aux enfants, sont devenus des paratonnerres pour lesquels la droite appelle à l’interdiction de livres et le licenciement d’éducatrices féministes noires. Alors que les mouvements noirs, queer, féministes et antiracistes se mobilisent pour dénoncer la violence étatique et non étatique, les menaces et les perturbations de la part de groupes de droite comme l’ODA continueront.

Poupée Dieula

Poupées noires, histoires noires

Poupée Dieula, Le livre, qui raconte l’histoire d’une fille à qui sa mère lui coud une poupée noire, faisait partie d’un projet plus vaste visant à permettre aux femmes et aux filles noires de se refléter dans la culture populaire. En 2019, Belique et d’autres membres du mouvement antiraciste Reconoci.do ont lancé Muñecas Negras RD, une initiative qui crée des poupées noires comme moyen de construire des espaces intimes de reconnaissance tout en générant des revenus pour les femmes marginalisées. Ce fut le début de ce que Belique appelait la pensée critique bateyero, une pensée et une pratique féministe noire née des expériences de femmes et de filles dominicaines noires d’origine haïtienne issues des communautés de canne à sucre connues sous le nom de bateyes.

Les créateurs vivant dans les bateys – qui sont souvent confrontés à des opportunités d’emploi limitées en raison du refus de citoyenneté aux Dominicains d’origine haïtienne – fabriquent soigneusement chaque poupée à partir de tissus, de fils et de fibres (pour les cheveux) achetés localement. Alors que le premier lot a été acheté principalement par des personnes vivant en dehors de la République dominicaine, la génération suivante de poupées a été offerte aux enfants de la propre communauté des créateurs et vendue dans des espaces féministes dominicains.

Muñecas Negras RD a offert un espace aux femmes dominicaines noires d’origine haïtienne pour parler de leurs expériences en matière de discrimination raciale et de genre. Comme l’expliquait l’une des fondatrices, Maribel Pierre : « les gens croient que lorsqu’ils vous appellent noir, ils vous offensent, sans savoir que lorsqu’ils vous appellent noir, ils vous rappellent d’où vous venez, qui vous êtes, qui sont vos ancêtres. » Ces sentiments, partagés par de nombreux créateurs qui ont participé à la fabrication des poupées, ont incité Belique à écrire La Poupée de Dieula. L’histoire est inspirée par l’une des filles batey qui se tenait souvent près de la fenêtre pour voir ce que les filles et les femmes plus âgées préparaient et discutaient.

Après la sortie du livre, Belique et l’illustratrice et éditrice du livre, Michelle Ricardo de Proyecto AntiCanon, devaient apparaître à la Foire internationale du livre 2022 à Saint-Domingue. Sur les réseaux sociaux, l’AOD et ses partisans ultranationalistes ont rapidement commencé à présenter le livre de Belique comme un signe de l’haïtianisation de la société dominicaine.

Ils ont noté que le livre était lu dans les écoles publiques et enseignait aux enfants le créole haïtien. Ils ont également menacé directement Belique et Ricardo et ont appelé au boycott de la présentation du livre à la foire, ce qui a conduit à l’annulation de l’événement. Au lieu de cela, Ricardo a lu un poème sur l’intimidation et les menaces, ce qui a conduit à davantage d’intimidation et de menaces sur les réseaux sociaux.

En 2021, Ana María Belique, une dominicaine noire d’origine haïtienne, a publié le livre pour enfants : La poupée de Dieula.

La montée des groupes néofascistes et leur répression

Des groupes tels que l’ODA soutiennent que la République dominicaine est une nation souveraine qui a le droit de se défendre contre les accusations de violations des droits de l’homme telles que le racisme, la xénophobie, l’homophobie ou la misogynie. Outre la récente attaque contre des manifestants solidaires palestiniens et la réaction violente contre la Poupée de Dieula, des groupes d’extrême droite ont lancé à plusieurs reprises des menaces et des attaques contre les défenseurs des droits de l’homme, interrompant des événements tels que des manifestations dénonçant l’apatridie, des spectacles artistiques anticoloniaux, des droits de l’homme, audiences de la commission et veillée suite au meurtre policier de George Floyd aux États-Unis. Si la plupart de ces événements ont eu lieu à Saint-Domingue, des groupes et des individus d’extrême droite ont également perturbé les panels éducatifs organisés à New York, où l’AOD est présente.

Ces types de perturbations perpétrées par des groupes nationalistes autoproclamés se sont multipliés au cours de la dernière décennie. Amaury Rodríguez, auteur et traducteur dominicain dont les travaux mettent en lumière l’histoire dominicaine, caribéenne et latino-américaine, note : « Le recours aux forces répressives pour écraser la protestation sociale est devenu monnaie courante. » La présence de groupes paramilitaires néofascistes fait partie des nouveaux contours qui façonnent la répression contre toute personne considérée comme une menace pour les valeurs dominicaines. Pour les militants des droits humains qui documentent la manière dont les menaces qui surgissent dans le monde virtuel s’étendent aux espaces physiques, la prolifération de groupes nationalistes et fascistes sur les plateformes de médias sociaux comme Facebook est devenue de plus en plus inquiétante.

En décembre 2016, lors d’une session de la Commission interaméricaine des droits de l’homme à Panama, plusieurs organisations dominicaines de défense des droits humains ont présenté un rapport sur les menaces croissantes de violence contre les défenseurs des droits humains, en particulier les membres des mouvements sociaux et des organisations qui s’expriment contre les politiques gouvernementales racistes et xénophobes. Le rapport détaille comment des groupes de droite s’identifiant comme nationalistes créaient des vidéos et des publications en ligne cherchant à dénoncer ce qu’ils appelaient de la propagande anti-dominicaine. Les membres de la délégation de la société civile dominicaine ont énuméré une série de tactiques d’intimidation, qu’ils ont placées dans le contexte d’une longue histoire de menaces et de violences physiques subies par les défenseurs des droits humains dans le pays. Ils ont également indiqué qu’ils avaient documenté et partagé leurs préoccupations avec les autorités dominicaines, qui n’avaient pas répondu à leurs rapports. Depuis, au moins un membre de la délégation a quitté le pays, inquiet pour elle-même et sa famille.

Les groupes de la société civile ont continué d’attirer l’attention sur la violence généralisée d’extrême droite. En octobre 2022, les participants à une journée anticoloniale ont subi des agressions physiques de la part de l’ODA, qui avait appelé ses membres à interrompre l’événement. Depuis près de deux décennies, diverses organisations sociales participent chaque mois d’octobre à une série d’événements pour dénoncer les célébrations nationales qui glorifient Christophe Colomb, la colonisation et l’esclavage. Lors d’une conférence de presse après l’incident, les organisations de la société civile ont appelé le président Luis Abinader à exiger que des groupes comme l’AOD mettent fin à leurs menaces et à leurs attaques physiques. Malgré des plaintes formelles déposées auprès du bureau du procureur, il n’y a eu aucune enquête formelle ni réponse de la part de l’État.

En octobre 2023, des membres de l’ODA ont menacé et harcelé les participants à une veillée de solidarité avec les Palestiniens à Saint-Domingue.

Une longue histoire de censure et de menaces

Les menaces contre les défenseurs des droits humains, et en particulier contre les femmes noires, s’accompagnent d’une augmentation des politiques répressives qui répondent aux craintes que les organisations antiracistes et les prétendues idéologies de genre menacent l’harmonie raciale et les valeurs patriarcales en Amérique latine et dans les Caraïbes. Bien qu’il y ait eu une montée des mouvements conservateurs de droite dans tout l’hémisphère ces dernières années, la droite détient le pouvoir presque sans interruption en République dominicaine depuis près d’un siècle. Le moment actuel peut sembler différent, mais un retour sur le siècle passé révèle ce que beaucoup considèrent comme la continuation du Trujillismo.

En 1930, le dictateur dominicain Rafael Leónidas Trujillo accède au pouvoir après un coup d’État militaire qu’il a contribué à mener contre le président Horacio Vásquez. Alors que l’anti-haïtien en République dominicaine est apparu avant la dictature de Trujillo, c’est pendant son mandat que le discours anti-haïtien a atteint son apogée et s’est transformé en violence génocidaire. Trujillo a orchestré le massacre haïtien de 1937 en ordonnant aux soldats et en recrutant des civils d’attaquer les Haïtiens, les Dominicains d’origine haïtienne et les Dominicains noirs le long de la frontière entre Haïti et la République dominicaine. À ce jour, le gouvernement dominicain ne s’est pas excusé publiquement pour ce massacre de plus de 17 000 noirs. Trujillo est également responsable de l’assassinat, en 1960, des sœurs Mirabal, qui participaient au Mouvement révolutionnaire du 14 juin contre sa dictature. L’assassinat des sœurs Mirabal en a fait des symboles de la résistance populaire et féministe.

En 1961, Trujillo a été assassiné et des troubles politiques ont suivi jusqu’à l’élection du démocrate libéral Juan Bosch Gaviño, qui a pris ses fonctions sous le Parti révolutionnaire dominicain (PRD) en 1963. Cependant, le gouvernement de Bosch a pris fin sept mois plus tard. Il a été renversé lors d’un coup d’État par des généraux militaires sympathisants du régime de Trujillo, préoccupés par le soutien radical de Bosch aux droits du travail et aux pauvres. L’exil de Bosch fut suivi de nouveaux troubles et de l’occupation du pays par les États-Unis en 1965. Bosch se présenta à nouveau à la présidence en 1966 contre l’ancien président fantoche de Trujillo, Joaquín Balaguer Ricardo, qui, pendant les 30 années suivantes, restera au pouvoir à tous les frais. La présidence de Balaguer entre 1966 et 1978 est connue sous le nom de « Les douze années », car on estime que plus de 1 200 personnes ont été assassinées par le groupe paramilitaire de Balaguer, connu sous le nom de La Banda Colorá. Balaguer revient au pouvoir en 1986.

Balaguer représentait la continuation du Trujillismo à travers une rhétorique anti-haïtienne. Sous son gouvernement, les migrants haïtiens et leurs descendants ont été confrontés à des tactiques racistes et répressives, jusqu’à ce qu’il quitte finalement ses fonctions, mais à contrecœur, en 1996. Lors des élections de cette année-là, le soutien de Balaguer au candidat présidentiel vainqueur Leonel Fernández Reyna, du Parti de libération dominicain (PLD) , à propos d’un dominicain noir d’origine haïtienne, José Francisco Peña Gómez, a ouvert la voie aux politiques racistes, misogynes et xénophobes actuelles dans le pays. Tout au long de ce siècle de politiques répressives et de violence, les femmes noires ont continuellement été au centre des mouvements de résistance, depuis la lutte pour la réforme agraire qui a conduit à la mort de la dirigeante révolutionnaire Mama Tingó en 1974 ; aux campagnes de défense des droits humains contre l’anti-haïtien et contre la noirceur menées par la défunte militante Sonia Pierre ; à la récente organisation de mouvements de jeunesse antiracistes, féministes et queer.

Le gouvernement d’Abinader a adopté « une continuité de politiques réactionnaires visant à marginaliser davantage les travailleurs haïtiens et leurs familles en République dominicaine. »

Nouveau parti politique, mêmes politiques de droite

En 2024, la République Dominicaine votera aux élections présidentielles. Depuis quatre ans, le pays est dirigé par le président Abinader du Parti révolutionnaire moderne (PRM). Lorsque le PRM a pris le pouvoir pour la première fois en 2020, beaucoup ont salué le changement après 16 années consécutives de règne du PLD. En 2010, le LDP a supervisé une réforme constitutionnelle conservatrice qui a introduit une interdiction totale de l’avortement et du mariage homosexuel et a mis fin au droit de naissance des enfants d’immigrés sans papiers. En outre, pendant que le PLD était au pouvoir présidentiel, en 2013, la Cour constitutionnelle a rendu l’arrêt 168-13, un arrêt flagrant qui a retiré rétroactivement plus de quatre générations de Dominicains noirs d’origine haïtienne de leur citoyenneté dominicaine.

À cette époque, Abinader, déjà impliqué dans la politique et descendant d’immigrés libanais, avait participé à un événement appelé « Câlins solidaires », dénonçant la sentence. Après l’échec de la candidature présidentielle en 2016, l’élection d’Abinader en 2020 a donné beaucoup d’espoir, car des personnalités bien connues de la société civile dominicaine ont rejoint le PRM en tant que représentants dans différents ministères et bureaux gouvernementaux. Cependant, comme le souligne Rodríguez : « Ce nouveau gouvernement s’est avéré être tout le contraire de ce qu’Abinader avait promis aux jeunes électeurs, aux femmes et aux progressistes pendant sa campagne présidentielle. » Une fois au pouvoir, Abinader a retiré son masque, une façade libérale, retirant son soutien initial à l’avortement et utilisant un langage xénophobe et raciste anti-haïtien pour inculquer la haine et les préjugés raciaux contre les immigrants haïtiens et les Dominicains d’origine haïtienne. Selon Rodríguez, le gouvernement d’Abinader a adopté « une continuité de politiques réactionnaires visant à marginaliser davantage les travailleurs haïtiens et leurs familles en République dominicaine. » En fait, le gouvernement d’Abinader est doublement réactionnaire, car il intègre des lois racistes anti-haïtiennes et la violence fasciste dans son répertoire de contrôle social et de restructuration néolibérale.

À l’instar de la droite croissante dans d’autres régions d’Amérique latine, le gouvernement dominicain actuel porte également atteinte aux droits des personnes, attisant les sentiments anti-immigrés et diffusant des discours diffamant la dignité des femmes, des personnes LGBTQIA+ et des migrants. Abinader continue de pratiquer la vieille tactique consistant à faire des migrants haïtiens et de leurs descendants les boucs émissaires des maux du pays. Il a favorisé la construction d’un mur le long de la frontière entre Haïti et la République dominicaine et, en septembre 2023, son administration a complètement fermé la frontière en réponse au développement d’un canal d’irrigation du côté haïtien de la rivière Masacre. Abinader a fait valoir que la construction de ce canal était préjudiciable à l’environnement dominicain et, dans une démonstration de force, a stationné des militaires dominicains le long de la frontière, empêchant la circulation des personnes et des marchandises. Comme le soutient Rodríguez : « La rhétorique raciste et le chauvinisme d’Abinader, grandement amplifiés par les médias dominicains traditionnels, ont créé un climat dangereux pour les personnes de couleur en général, y compris les Dominicains noirs, les immigrants haïtiens, les Dominicains d’origine haïtienne, ainsi que les militants, les journalistes indépendants ; éducateurs, travailleurs culturels, intellectuels progressistes et de gauche. Sous le gouvernement Abinader, l’État dominicain s’oriente vers la mise en place d’un système d’apartheid qui séparera davantage les personnes d’origine haïtienne, qu’elles soient ou non nées dans le pays. »

Abinader a également continué à utiliser des décrets pour autoriser le profilage racial et l’expulsion des travailleurs migrants haïtiens et de leurs descendants. Parmi les personnes visées par l’expulsion figurent des migrantes haïtiennes enceintes, une pratique alimentée par la crainte que les femmes migrantes s’emparent des hôpitaux publics et mettent à rude épreuve les ressources limitées. En septembre 2021, les autorités dominicaines ont limité l’accès des femmes migrantes au système de santé publique aux cas d’urgence et ont commencé à refuser l’entrée en République dominicaine à toute migrante enceinte au-delà de six mois de gestation. Alors que les réseaux médiatiques regorgeaient de vidéos et d’histoires de femmes enceintes ou de mères de nouveau-nés escortées hors des hôpitaux et détenues par des agents d’immigration, le Centre d’observation et de développement des migrations, basé dans les Caraïbes, à Saint-Domingue, connu sous le nom d’OBMICA, a dénoncé que « les opérations contre les femmes enceintes constituent une violation sans précédent du droit fondamental à la santé, à l’égalité des sexes, à la protection de la maternité et aux droits des enfants et des adolescents, ont été définies comme la chasse aux femmes ou les actes de violence obstétricale à grande échelle, par les spécialistes dominicains en matière de genre comme Sergia Galván et la communicatrice Edith Febles ». Selon les propres décomptes du gouvernement dominicain, les autorités ont expulsé près de 800 femmes haïtiennes enceintes entre novembre 2021 et avril 2022, ce qui a suscité la condamnation des experts des Nations Unies.

Selon Amelia Hintzen, les craintes d’une augmentation du nombre de Dominicains d’origine haïtienne étaient évidentes et documentées dès 1969, lorsque le sous-secrétaire de la Direction générale de l’immigration a écrit un mémorandum au président Balaguer de l’époque sur le « grave problème » de l’immigration. « Le grand nombre de ressortissants haïtiens qui ont envahi passivement, pourrait-on dire massivement, notre territoire ». À compter de la date de ce mémorandum, il faudrait encore 35 ans aux autorités pour intenter une action en justice afin de priver les enfants de migrants haïtiens de leur nationalité dominicaine. En 2004, les législateurs ont approuvé la loi générale sur la migration 285-04, qui réglementait l’entrée et l’emploi des étrangers dans le pays. Il cherchait également à mettre fin au jus soli, le droit à la terre ou à la citoyenneté de naissance garanti par la constitution dominicaine de l’époque, en élargissant sa définition de « en transit ». Selon la loi 285-04, tous les enfants nés de « mères étrangères » doivent recevoir un certificat de naissance vivante rose, par opposition à un certificat blanc pour les citoyens légaux. Les nouveau-nés sont ensuite inscrits dans un livre communément appelé « le livre des étrangers ».

La Constitution de 2010 a consacré ces pratiques en redéfinissant la nationalité dominicaine. Il note ensuite qu’au moins un parent doit être un ressortissant dominicain pour qu’un enfant soit reconnu comme ressortissant dominicain. Cependant, dans la pratique, le personnel administratif de l’hôpital dispose d’un grand pouvoir discrétionnaire pour déterminer si une mère recevra un bulletin de vote blanc ou rose, en fonction de sa perception de la race et de l’origine ethnique de la mère. Grâce aux politiques de l’État dominicain et aux protestations continues des ultranationalistes, toute personne perçue comme une femme haïtienne et ses enfants deviennent une menace pour la nation dominicaine.

Résistance : des lueurs d’espoir

Fin 2023, une campagne de diffamation contre Lauristely Peña Solano, co-fondatrice avec Michelle Ricardo du projet AntiCanon qui a publié La Poupée de Dieula, a conduit à l’expulsion de Peña Solano de l’école où elle enseignait. Elle était accusée d’avoir assigné des lectures de poésie « inappropriées » à ses élèves. La militante féministe et avocate Susi Pola estime que la campagne de diffamation en ligne menée par l’extrême droite contre Peña Solano était basée sur « la peur et la résistance au changement dans le conservatisme hégémonique » de la part du secteur d’extrême droite préoccupé par son « idéologie de genre ». Dans une lettre ouverte aux familles des écoles, Peña Solano souligne qu’elle est harcelée depuis de nombreuses années par des acteurs d’extrême droite et leur « armée de robots ». Ces attaques étaient basées sur ses autres projets communautaires et de droits humains.

Peña Solano n’est que l’une des dernières d’une longue lignée de femmes noires et racialisées en République dominicaine qui ont fait l’objet de campagnes de diffamation en ligne et de menaces de violence. Dans une lettre ouverte, elle s’adresse directement aux parents : « C’est très confortable de vouloir clarifier ses intentions de ne pas nuire à l’école et à son directeur, alors qu’ils ont clairement tout fait pour me nuire, tout cela au nom des bonnes mœurs et de la bonne moralité. , je vous rappelle que les inquisiteurs, les dictateurs et les fascistes ont utilisé la même excuse tout au long de l’histoire. »

Comme le souligne Rodríguez, l’extrême droite ne se tourne pas seulement vers d’autres espaces d’Amérique latine et des Caraïbes, mais elle s’engage également activement avec des partis politiques d’extrême droite au-delà de l’hémisphère, comme Vox en Espagne. « L’émergence du parti d’extrême droite et xénophobe Vox en Espagne a créé de nombreuses opportunités de réseautage entre les politiciens dominicains de centre-droit et d’extrême droite et les droitiers européens », explique Rodríguez. Parmi ces liens, citons les rencontres entre un représentant de Vox et le député dominicain Omar Fernández, fils de l’ancien président Fernández et membre du parti de centre-droit Fuerza del Pueblo. Ces rencontres sont assez révélatrices de la mentalité des politiciens conservateurs dominicains, qui ont l’audace de penser que ce n’est pas grave de rencontrer ou d’établir des liens politiques avec des politiciens xénophobes et néofascistes qui s’attaquent aux communautés immigrées en Espagne, y compris celles d’origine dominicaine.

Pourtant, Rodríguez est clair : « Repousser les fascistes est possible ». Il souligne l’importance d’une « gauche forte construite sur la base de l’unité, de la démocratie et de la clarté politique, c’est-à-dire une gauche qui ait une perspective anti-impérialiste et fermement engagée dans la lutte contre tous les systèmes d’oppression et d’exploitation » y compris le racisme et la dénationalisation des Dominicains d’origine haïtienne, le sexisme, l’homophobie et la transphobie. Rodríguez souligne les leçons importantes apprises au cours du mouvement de gauche apparu dans les années 1960, qui contribuent à l’internationalisme et à l’anti-impérialisme de groupes tels que le Mouvement Socialiste des Travailleurs (MST) et la myriade de mouvements antiracistes, féministes et queer collectifs qui continuent de faire face à la vague actuelle de néo-fascisme.

Ces efforts prennent différentes formes. À mesure que Muñecas Negras RD se développe dans différents bateyes de la République dominicaine, par exemple, ils cherchent à créer un espace pour mettre en valeur le travail des femmes noires au sein de leurs propres communautés, passées et présentes. Elles parlent de l’importance de reconnaître le travail de leurs mères et grands-mères en tant que sages-femmes dans un contexte où les femmes noires se voient refuser l’accès à l’accouchement dans les hôpitaux. Comme l’explique l’auteur et activiste Belique : « Chez Muñecas Negras, nous essayons de briser tous les stéréotypes sociaux, raciaux et de genre qui nous représentent comme inférieurs. En travaillant avec des filles, des adolescents et des jeunes, nous enseignons que la noirceur est belle, qu’elle a de la valeur et que nous sommes capables de créer de belles choses ». Muñecas Negras RD et les livres bilingues comme La Poupée de Dieula de Belique représentent une menace pour les idéologies conservatrices des groupes néofascistes. Ils fournissent également des lueurs d’espoir pour résister à cette itération la plus récente et la plus dangereuse de l’extrême droite.

 

*Amablys Estrella est professeur adjoint d’anthropologie et professeur affilié au Centre d’études africaines et afro-américaines de l’Université Rice. Il est également membre fondateur du collectif Todos Somos Dominicos. Cet article a été publié en anglais dans le numéro du printemps 2024 du magazine trimestriel NACLA Report et en espagnol sur le site Nacla.org. Traduction de Stéphanie Holguín.

 

Mouvement Socialiste des Travailleurs de la République Dominicaine 21 Mai 2024

 

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here