L’UTC dénonce la Central Romana !

L’UTC dénonce la Central Romana qui a fait fi des sanctions américaines avec la complicité du CAEI

1
66
« CAEI, comme Central Romana, compte des milliers de travailleurs qui vivent dans des conditions inhumaines », ont exprimé les travailleurs de la canne à sucre affiliés à l'UTC à travers une vidéo, le 20 janvier, et ont rejeté la certification de bonnes pratiques par l'agence Bonsucro à CAEI.

Les 20 et 22 janvier, l’Union des travailleurs de la canne à sucre (UTC) a dénoncé le fait que l’entreprise américaine Central Romana, propriété des oligarques cubano-américains de la famille Fanjul, continue frauduleusement ses exportations vers les États-Unis, malgré les sanctions imposées par les autorités douanières américaines en novembre 2022 en raison de la vérification du travail forcé au détriment des travailleurs haïtiens et des Dominicains d’origine haïtienne.

Selon la plainte de l’organisation syndicale, les exportations seraient réalisées à travers l’entreprise CAEI, propriété de la famille Vicini. De même, l’organisation syndicale affirme que l’agence Bonsucro fournit des certifications aux entreprises qui violent les droits du travail, comme la CAEI elle-même. De nombreux rapports internationaux dénoncent que les conditions de travail dans l’industrie sucrière dominicaine ne se sont pas améliorées après l’imposition des sanctions contre Central Romana, la surexploitation, les bas salaires, les conditions terribles dans les bateyes et le refus des pensions de canne à sucre persistent, malgré les revendications des travailleurs. Avec le soutien du gouvernement de droite PRM, Central Romana a préféré concentrer ses efforts sur le lobbying auprès du gouvernement américain, en investissant au moins 231 000 dollars dans le lobbying des entreprises, au lieu de respecter la législation nationale du travail et les conventions internationales.

Autorité douanière américaine en novembre 2022 en raison de la vérification du travail forcé au détriment des producteurs de canne à sucre haïtiens et des Dominicains d’origine haïtienne. Selon la plainte de l’organisation syndicale, les exportations seraient réalisées à travers l’entreprise CAEI, propriété de la famille Vicini. De même, l’organisation syndicale affirme que l’agence Bonsucro fournit des certifications aux entreprises qui violent les droits du travail, comme la CAEI elle-même.

L’Union des travailleurs de la canne à sucre (UTC)

De nombreux rapports internationaux dénoncent que les conditions de travail dans l’industrie sucrière dominicaine ne se sont pas améliorées après l’imposition des sanctions contre Central Romana, la surexploitation, les bas salaires, les conditions terribles dans les bateyes et le refus des pensions de canne à sucre persistent, malgré les revendications des travailleurs. Avec le soutien du gouvernement de droite PRM, Central Romana a préféré concentrer ses efforts sur le lobbying auprès du gouvernement américain, en investissant au moins 231 000 dollars dans le lobbying des entreprises, au lieu de respecter la législation nationale du travail et les conventions internationales.

« CAEI, comme Central Romana, compte des milliers de travailleurs qui vivent dans des conditions inhumaines », ont exprimé les travailleurs de la canne à sucre affiliés à l’UTC à travers une vidéo, le 20 janvier, et ont rejeté la certification de bonnes pratiques par l’agence Bonsucro à CAEI. La plainte contraste avec les efforts de nettoyage d’image du CAEI, comme la visite reçue en juillet 2023 du chargé d’affaires de l’ambassade américaine, Isiah Parnell.

En 2020, Bonsucro a rejeté la certification de Central Romana en raison de plaintes pour violations des droits du travail. Cependant, la même agence a accordé des certifications à CAEI en 2015, à Alcoholes Finos Dominicos en 2018, à Finca Unidad en 2017 ; et aux sociétés American Sugar Refining, C&H Sugar Company et Redpath Sugar, toutes détenues par Fanjul Corporation, dans les années 2015 et 2020. En revanche, les liens entre Central Romana et CAEI sont notoires. En 2007, les capitalistes Vicini et Fanjul ont créé le Groupe Vicini-Fanjul, pour un projet de production d’éthanol.

Étranges distorsions sur le marché du sucre dominicain après la sanction de Central Romana

Les États-Unis sont le principal marché d’exportation du sucre dominicain, c’est pourquoi l’interdiction des exportations du centre de Romana vers les États-Unis aurait tendance à générer des conséquences telles qu’un excédent sur le marché local, des changements dans les destinations d’exportation du sucre produit en République dominicaine. , ou d’éventuelles difficultés à respecter le quota américain d’importations de sucre attribué à la République dominicaine. Mais au lieu de cela, une étrange combinaison de pénuries de sucre sur le marché intérieur, d’une augmentation des importations de sucre en République dominicaine et d’une satisfaction à presque 100 % des exportations de sucre dominicain vers les États-Unis a été générée. Le gouvernement dominicain n’a pas donné d’explication publique sur cet étrange phénomène.

Des travailleurs haïtiens et des dominicains d’origine haïtienne de la Central Romana

Selon le gouvernement dominicain, représenté par l’Institut dominicain du sucre (INAZUCAR), la récolte 2022-23 a présenté une baisse de production de 22%, pour une production de 487 mille tonnes, mais la réduction dans le cas du CAEI n’a été que de 4%. (de plus de 160 000 tonnes à près de 154 000 tonnes). Coïncidant avec les projections américaines, INAZUCAR indique qu’en 2021-2022, la production a été de 625 mille tonnes de sucre. En 2023, le quota d’importation au taux préférentiel du sucre dominicain aux États-Unis était de 189 000 tonnes et était couvert à 98 %. 186 000 tonnes ont été exportées vers ce pays, pour une valeur de 119,6 millions de dollars. Selon l’INAZUCAR, la demande nationale serait de 378 mille tonnes, entre sucre brut et sucre raffiné. Si l’on soustrait ce montant de la production de 487 mille tonnes, il reste 301 mille tonnes, ce qui indique un déficit de 77 mille tonnes qui aurait pu être couvert par le stock déclaré des entreprises sucrières, supérieur à 100 mille tonnes.

Au lieu de recourir au stock, INAZUCAR a autorisé l’importation, entre juin et septembre 2023, de 145 mille tonnes de sucre, entre types bruts et raffinés, soit presque le double du déficit selon les chiffres officiels eux-mêmes. Les irrégularités et les distorsions ne s’arrêtent pas là. Le Conseil de défense des droits commerciaux a dénoncé une pénurie de sucre sur le marché national, se plaignant que la majeure partie du sucre importé n’était pas distribuée au commerce local : sur les 22,5 mille tonnes du premier quota, moins de 2 mille auraient été distribué. , moins de 10%.

Ce déficit, inexplicable au regard des chiffres de production, des stocks et des importations, a entraîné une hausse de 39% du prix du sucre pour la population dominicaine. Le gouvernement d’Abinader est allé jusqu’à proposer fin 2023 une loi permettant l’élimination par l’exécutif des droits de douane sur les importations de sucre, mais cette loi a finalement été retirée. Toute cette situation contraste avec la non-importation de sucre lors de la récolte 2020-21, avant la sanction américaine sur Central Romana. Le sucre a-t-il été importé en 2023 pour le réexporter et couvrir le quota d’exportation dominicain vers les États-Unis et empêcher que le quota soit réduit à l’avenir ?

L’entreprise Consorcio Azucarero de Empresas Industriales (CAEI), propriété de la famille Vicini.

Ce n’est pas tout. Suite à la sanction américaine contre Central Romana, le gouvernement dominicain a redistribué le quota d’exportation vers les États-Unis de ladite entreprise, qui était de 62,8% avant la sanction, en attribuant 70,1% à CAEI en août 2023 (132 mille tonnes) et 29,9% au Consortium central du sucre (56 000 tonnes). Cependant, l’octroi d’autorisations par le gouvernement dominicain pour le broyage de canne au cours de l’année 2023-2024 montre que Central Romana continue d’avoir la production la plus élevée, étant autorisée à broyer 3 millions de tonnes de canne et à produire 356 mille tonnes de sucre, tandis que CAEI est autorisée à moudre 1,3 million de tonnes de canne et à produire 134 mille tonnes de sucre. Le Consortium Central Sucre est autorisé à broyer 650 mille tonnes de canne et à produire 77 mille tonnes de sucre, et le CEA 200 mille tonnes de canne pour produire 15 mille tonnes de sucre.

Cela signifie que pratiquement toute la production de CAEI et du Consorcio Azucarero Central devrait être utilisée cette année pour couvrir le quota d’exportation vers les États-Unis, tandis que la production de Central Romana et du CEA couvrirait la demande nationale. Cependant, les autorités dominicaines et américaines doivent clarifier ce qui est arrivé aux importations en 2023 et répondre aux plaintes des travailleurs concernant la fraude dans les exportations vers les États-Unis. En outre, le gouvernement doit cesser de se rendre complice des abus des sociétés sucrières, en cessant de justifier et de fournir une couverture politique aux conditions de semi-esclavage auxquelles sont soumis des milliers de travailleurs haïtiens et dominicains d’origine haïtienne dans l’industrie sucrière, dont le travail forcé remplit les coffres des familles capitalistes les plus riches du pays.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
29 janvier 2024

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here