Ariel Henry est-il un prisonnier de facto à Fort Buchanan?

1
373
L’ancien Premier ministre Ariel Henry est retenu à la base américaine Fort Buchanan à Porto Rico

(English)

Ariel Henry, 74 ans, autrefois roi sur l’échiquier d’Haïti, est désormais devenu un pion des États-Unis dans leur tentative de plus en plus désespérée d’envoyer une force d’intervention par procuration dans cette nation rebelle des Caraïbes. C’est l’image qu’Haïti Liberté a reçue d’une source bien placée ayant un accès intime et une connaissance intime du gouvernement américain.

Washington cherche maintenant un moyen d’envoyer une « force de réaction rapide » en Haïti, et Ariel Henry reste l’une de leurs principales monnaies d’échange, selon notre source.

Après l’atterrissage de son avion affrété à Porto Rico le 5 mars, le Federal Bureau of Investigation (FBI) américain a interrogé Henry pendant trois jours, selon notre source. (En 48 heures, les États-Unis ont expulsé vers l’Égypte les quatre mercenaires égyptiens – précédemment identifiés à tort comme des Kenyans – qui servaient de garde-fous pour la sécurité d’Henry, a indiqué notre source.)

La première journée de l’interrogatoire du FBI a été consacrée à interroger Henry sur son rôle dans l’assassinat, le 7 juillet 2021, du président haïtien Jovenel Moïse, a indiqué notre source. Les deux jours restants se sont concentrés sur le paiement par Haïti, le 23 février 2024, de 500 millions de dollars au Venezuela pour rembourser le compte de prêt PetroCaribe de 2,3 milliards de dollars établi entre les deux pays en 2008. (Henry s’est évanoui lors de l’interrogatoire du 7 mars, a indiqué la source.)

La base américaine Fort Buchanan à Porto Rico

Aux termes de l’accord, le Venezuela a annulé les 1,8 milliards de dollars restants qu’Haïti devait au pays.

L’accord a été négocié par Global Sovereign Advisory (GSA), basé à Paris et fondé par Anne-Laure Kiechel. Temir Porras, directeur général de GSA et agent principal pour l’Amérique latine, a négocié avec Henry.

Le FBI estime qu’Henry a reçu une commission occulte de 138 millions de dollars pour avoir négocié l’accord, a indiqué notre source.

En raison des conclusions du FBI, les agents des services secrets diplomatiques (DSS) qui s’occupaient d’Henry l’ont de facto assigné à résidence à Fort Buchanan de l’armée américaine à Guaynabo, à Porto Rico. Il est gardé par six agents et il est en mauvaise santé, il vomit même, selon l’un des professionnels de santé qui s’en occupent.

Il a été transféré à la base militaire depuis sa résidence d’origine à l’hôtel Isla Verde Marriot de San Juan, en partie pour interdire l’accès aux médias, a indiqué notre source.

Une deuxième source fiable s’est entretenue avec un haut responsable du Département d’État qui lui a déclaré que l’administration Biden ne voulait pas poursuivre Henry en justice, craignant que cela ne compromette la candidature de Biden à sa réélection en 2024. L’administration est extrêmement soucieuse de « stabiliser la situation » en Haïti, a déclaré le responsable.

Le Département d’État veut confier Henry à un nouveau gouvernement haïtien de son choix. Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a tenté de concocter une « commission présidentielle de transition » (CPT) en Jamaïque le 11 mars. Quelques dirigeants de la CARICOM, en particulier le président de Guyana Irfaan Ali et le Premier ministre jamaïcain Andrew Holness, ont accueilli et joué le rôle de la mascarade.

Ariel Henry et Anthony Blinken

La formule de Blinken était un CPT composé de neuf membres, dont sept membres auraient le droit de vote, tandis que la « société civile » et le « secteur religieux » d’Haïti seraient des observateurs.

Les membres proposés sont :

1) le parti Pitit Desalin (Les Enfants de Dessalines) de l’ancien sénateur de la Famille Lavalas Moïse Jean-Charles. Le parti n’a proposé aucun représentant.

2) l’Accord de Montana, fondé le 30 août 2021, un groupe de groupes d’opposition libérale de la « société civile », de partis politiques, d’individus et d’« organisations de base ». Le Montana a proposé l’ancien gouverneur de la Banque centrale, Fritz Alphonse Jean.

3) EDE/RED, le parti Engagé pour le développement dirigé par l’ancien Premier ministre par intérim de Jovenel Moïse, Claude Joseph, et la plateforme de la Résistance démocratique regroupant une quarantaine de partis, dont Haïti en action (AAA) de l’ancien sénateur Youri Latortue et le Rassemblement des démocrates progressistes de l’ancienne candidate à la présidentielle Mirlande Manigat. (RNDP). EDE/RED a présenté Marie Ghislaine Mompremier, ancienne Ministre des Affaires Sociales en 2003 sous le Président Aristide et Ministre de la Femme en 2021 sous le Président Jovenel Moïse.

4) Le parti Fanmi Lavalas (Famille Lavalas) de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide. Le représentant de Lavalas est l’architecte  Leslie Voltaire.

5) Le Collectif du 30 janvier, une coalition de groupes disparates comme le MOPOD, l’UNIR de Clarence Renois, le LAPEH de l’ancien candidat à la présidentielle Jude Célestin, l’Organisation du peuple en lutte (OPL), Pitit Desalin et le GREH ainsi que la branche de l’ancien président Michel Martelly  du Parti (PHTK), dirigé par Line Balthazar. Leur représentant est le chef de l’OPL, Edgar Leblanc.

6) L’Accord du 21 décembre, signé en 2022, regroupe les partis politiques et les organisations de la « société civile » créés par et alliés à Ariel Henry. Leur représentant est l’ancien sénateur Lavalas du département de la Grande Anse Louis Gérald Gilles.

7) Le secteur privé des entreprises, représenté par des alliances commerciales telles que l’Association du Tourisme d’Haïti (ATH), l’Association des Industries Haïtiennes (ADIH) et la Chambre de Commerce de l’Ouest (CCIO) et la Chambre de Commerce Américaine (AmCham – Haïti). Leur représentant est l’homme d’affaires Laurent Saint-Cyr, qui faisait auparavant partie de la troïka qui présidait le Haut Conseil de transition (HCT) d’Henry, créé le 21 décembre 2022.

Les deux membres observateurs du Conseil présidentiel de transition sont Pierre Jean Raymond André et René Jean-Jumeaux, désignés respectivement par des organisations de la société civile et le Rassemblement pour une entente nationale et souveraine (REN).

Aussi large que cela puisse paraître, la commission présidentielle de Blinken n’a absolument aucune chance de succès parce que Washington a exigé que ses membres soutiennent la résolution 2699 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui approuve (mais ne supervise pas) une intervention militaire étrangère en Haïti appelée Mission multinationale de soutien à la sécurité (MSS). Le peuple haïtien rejette massivement le déploiement de cette force (actuellement prévue) dirigée par le Kenya et n’acceptera certainement aucun « conseil présidentiel de transition » qui l’approuverait.

Guy Philippe

En conséquence, la formule de Blinken est passée comme un ballon de plomb. « Le projet du Conseil de transition d’Haïti semble s’effondrer après le rejet des partis politiques », a rapporté France 24 deux jours après le fiasco.

« Nous rejetons la proposition de la CARICOM », a déclaré avec véhémence Moïse Jean-Charles lors d’une conférence de presse donnée le 13 mars à Port-au-Prince. « Nous avons renversé le gouvernement [d’Henry]. Est-il logique que nous nous asseyions maintenant à une table et négociions avec lui ? »

Deux semaines auparavant, l’alliance « Tous ensemble pour sauver Haïti » (Tèt Ansanm Pou Sove Ayiti) formée entre l’ancien sénateur Lavalas Moïse Jean-Charles et l’ancien sénateur élu et le leader du coup d’État de 2004 Guy Philippe avait proposé un conseil présidentiel de Guy Philippe (Président), l’ancien juge de la Cour de cassation Durin Junior Duret (Membre), et Françoise Saint-Vil Villier (Membre), présentés comme représentants des « secteurs religieux, féminin et universitaire » par la « Proposition commune solidaire des Forces haïtiennes saines, patriotiques et progressistes pour une sortie urgente de la crise autour de la démission du Premier ministre Ariel Henry ». Le document décrit la composition, le programme et les objectifs du gouvernement provisoire. La prestation de serment de ce conseil composé de trois membres serait imminente.

Malgré le sentiment quasi universel rejetant le CPT soutenu par le MSS, Blinken le défendait encore jusqu’au 15 mars.

« Il s’agissait d’un accord mené par les Haïtiens », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse en Autriche, reprenant le slogan de longue date de l’Accord du Montana et affirmant que le CPT « prendrait bientôt les commandes ».

« Chaque jour, ce processus se heurte à des défis – politiques, sécuritaires – et nous nous efforçons de les relever », a-t-il déclaré.

Malgré cette confiance feinte, le 19 mars, une réunion a eu lieu entre des responsables de la Division de l’hémisphère occidental du Département d’État dirigés par Brian Nichols, a indiqué notre source bien placée.

Conscients que le CPT était peut-être voué à l’échec et qu’ils faisaient une course contre la montre lors de la prestation de serment du Conseil provisoire Moïse/Philippe, les responsables ont joué avec l’idée de faire prêter serment à un juge – le nom évoqué était le juge Walther Wesser Voltaire, qui a récemment terminé son enquête sur le meurtre de Jovenel Moïse – pour agir en tant que leader intérimaire afin que Washington puisse déployer une force de réaction rapide sous le drapeau du MSS.

Une clé pour vendre le CPT ou un gouvernement intérimaire dirigé par un juge serait la livraison à Haïti pour jugement d’Ariel Henry, un agneau sacrificiel potentiel calculé pour apaiser la colère du peuple et vendre la clique de direction choisie par Washington.

Les récits de nos sources démentent un « haut responsable américain » anonyme qui a déclaré à Reuters que « Henry était libre de rester à Porto Rico ou de voyager ailleurs ».

Haïti Liberté a demandé confirmation ou commentaire sur notre histoire au FBI et au Département d’État. Au moment de mettre sous presse, le FBI n’avait pas répondu, mais le Département d’État l’avait fait.

« Ces affirmations sont fausses », a écrit le bureau de presse du département d’État. « Nous décourageons le partage d’affirmations sensationnelles sur les réseaux sociaux avant de chercher d’abord une vérification auprès de sources crédibles. Nous vous renvoyons au Premier ministre Henry pour des mises à jour sur ses projets de voyage. »

Haïti Liberté a ensuite appelé et laissé des SMS au Dr Ariel Henry à deux numéros de téléphone qu’il a déjà utilisés pour lui demander sa réponse ou pour nous contacter. Nous n’avons reçu aucune réponse au moment de mettre sous presse.

Si Washington ne parvient pas à installer son gouvernement fantoche de remplacement, il pourrait également chercher à courtiser le gouvernement provisoire apparemment anti-impérialiste et imminent de Moïse/Philippe.

Dans une interview accordée à Fox News, l’ancienne ambassadrice des États-Unis en Haïti, Pamela White, a déclaré qu’elle avait parlé à Philippe. « C’est quelqu’un qui peut aider à résoudre la situation, et je pense que nous devrions nous occuper de lui », a-t-elle déclaré. « Nous avons fait affaire avec les Duvalier pendant plus de 20 ans. Je pense que nous pourrions certainement nous occuper de Guy Philippe. Il est charismatique, il est brillant, il s’exprime clairement et de très nombreuses personnes le suivent ».

Le 19 mars, Haïti Liberté est parvenu à interviewer Jimmy Cherizier, chef et porte-parole de la coalition de groupes armés Viv Ansanm (Vivre ensemble) qui a effectivement chassé Ariel Henry du pouvoir après son départ pour le Kenya le 27 février.

Jimmy « Barbecue » Cherizier de la coalition Viv Ansanm : « Nous n’avons aucun problème avec le conseil qui serait dirigé par Guy Philippe car nous nous battons pour les mêmes choses. »

« Nous ne sommes pas au courant et ne participons pas aux projets de prestation de serment du gouvernement provisoire proposés par la coalition de Guy Philippe et Moïse Jean-Charles », a déclaré Cherizier. « Cependant, nous n’avons aucun problème avec le conseil qui serait dirigé par Guy Philippe car nous nous battons pour les mêmes choses, nous avons la même vision de l’avenir d’Haïti et nous espérons qu’il gardera sa vision. Nous, au sein de « Vivre Ensemble », les groupes armés d’Haïti qui sont désormais tous unis, ne combattrons pas contre son projet d’installation, mais nous combattrons le Conseil présidentiel concocté la semaine dernière en Jamaïque par des gouvernements étrangers avec une bande de politiciens corrompus qui n’ont aucune âme patriotique… S’ils tentent de prendre le pouvoir, même avec le soutien des troupes étrangères, nous les combattrons jusqu’à la dernière goutte de notre sang dessalinien.»

Haïti Liberté a également demandé par téléphone à Guy Philippe s’il accepterait une intervention militaire étrangère d’une force comme le MSS si les États-Unis proposaient de livrer Ariel Henry en guise de geste de paix. « Ariel Henry n’est pas le problème » a répondu Philippe. « Il n’est qu’un membre de l’équipe des méchants. Ces types essaient de reprendre le pouvoir pour pouvoir continuer à détruire Haïti ».

Pressé de savoir s’il accepterait une intervention militaire étrangère, Philippe a répondu : « Haïti est un pays souverain… Aucun patriote, aucun véritable Haïtien ne voudrait qu’une nation étrangère l’envahisse… Qu’ont apporté les interventions précédentes à Haïti ? Encore de la misère, du choléra, l’Ebola, du SIDA. Nous n’avons pas besoin d’une intervention militaire. Nous avons besoin d’aide… Nous n’avons pas besoin de soldats ici. La police et l’armée haïtiennes sont suffisantes et suffisamment entraînées pour mettre fin à cela… Elles viendront ici pour maintenir le statu quo et aider les riches. Ils viendront ici pour s’assurer que les pays riches continuent de voler tout ce que nous avons en Haïti. C’est pour cela qu’ils sont là. Pas pour nous… »

On lui a demandé s’il pensait que le peuple haïtien pouvait arrêter l’intervention. « Il n’y a pas d’arme plus puissante que la volonté du peuple. Si le peuple haïtien veut résister, nous résisterons ensemble. S’ils doivent nous tuer ensemble, ils nous tueront tous. Mais nous pouvons résister, et nous le ferons. Nous le ferons certainement ».

En effet, si tout le reste échoue, Washington semble prêt à envoyer ses propres troupes : « Le Commandement Sud des États-Unis (SOUTHCOM) est préparé avec un large éventail de plans d’urgence pour assurer la sûreté et la sécurité des citoyens américains en Haïti », a déclaré le SOUTHCOM dans un communiqué. .

Ariel Henry pourrait bientôt rejoindre les rangs d’autres anciens alliés des États-Unis qui ont été abandonnés, trahis, ou tués par Washington, comme Oussama Ben Laden, Saddam Hussein, Manuel Noriega, Rafael Trujillo et, oui, probablement même Jovenel Moïse.

Comme l’aurait dit feu Henry Kissinger : « Il peut être dangereux d’être l’ennemi de l’Amérique, mais être l’ami de l’Amérique est fatal ».

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here