Un carnage est-il planifié pour les élections ?

0
73

Dimanche 9 Août 2015, le conseil électoral provisoire de Martelly-Paul s’apprête à entamer les élections législatives, visant à renouveler les 2/3 du sénat, soit 20 candidats et la totalité des députés soit en total 119.. D’après le CEP, plus de 5,8 millions d’Haïtiens sont attendus aux urnes ; alors quee la campagne électorale, qui s’achèvera le vendredi 7 août 2015, reste très timide en raison de multiples confrontations entre certains partisans de candidats..

Cependant, nous ne sommes pas étonnés puisque nous avions annoncé en maintes fois dans nos colonnes que c’est sur fond de violence, de corruption et d’intimidation que cette mascarade électorale aura eu lieu. N’y a-t-il pas une main cachée qui tire les ficelles de la violence ? Sans aucun doute,Cependant, nous ne sommes pas étonnés puisque nous avions annoncé en maintes fois dans nos colonnes que c’est sur fond de violence, de corruption et d’intimidation que cette mascarade électorale aura eu lieu. N’y a-t-il pas une main cachée qui tire les ficelles de la violence ? Sans aucun doute, la Communauté internationale qu’il y aura carnage, déclarera tout bonnement que les élections valent la peine qu’elles soient tenues, et elles ont été réussies juste pour mettre en œuvre le plan leur permettant de monter le parlement de leur choix afin d’atteindre leur objectif.

Personne ne sait encore quel secteur revendiquera les violences à venir. Le CEP veut montrer sa bonne foi en prônant qu’il est pour la réussite des élections autant que le gouvernement ; mais leur façon de faire révèle clairement qu’ils préparent plutôt le terrain pour un scandale électoral. Ayant senti l’odeur de la violence, dans un communiqué « le Conseil Électoral Provisoire a fait savoir aux candidats que les dispositions de l’article 119 du décret loi électoral, lui donnent toute autorité légale de radier de la liste tous candidats agréés qui seraient reconnus coupables d’actes de violence et de suspendre de toutes compétitions électorales, pour une période allant jusqu’à 5 ans, les partis ou groupements politiques qui en seront les instigateurs » Mais autre que celle des partis politiques il y a aussi la violence verbale, dont par exemple a fait preuve avec une désinvolture sans pareille le président Martelly, à Miragoane, et qui devrait être prise en compte..

Fritz Jean Louis, ministre chargé des questions électorales, invite les électeurs ne pas voter pour des candidats qui seraient à l’origine de violences durant la campagne électorale pour les législatives partielles du 9 août prochain. A ce compte, vue la violence verbale de Martelly faisant campagne pour le PHTK, le ministre invite t-il les gens à ne pas voter les candidats du pouvoir ?

A quelques jours des élections, même le Sénateur Andris Riché le Président de facto du Sénat a de grands doutes sur la réussite de ces élections lorsqu’il indique que « les conditions ne sont pas encore réunies pour la tenue de bonnes élections dans le pays »

Dimanche denier la force d’occupation, la Minustah, organisait à Fort National un concert pour la Paix. Au cours de cette activité de propagande, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies et Cheffe de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti, Sandra Honoré, jouant son rôle de commissaire de la Métropole, a appelé Haïti à promouvoir et à choisir la Paix, à un moment où des flambées de violence se développent dans le processus électoral en cours.

Le peuple doit être vigilant et très prudent car ces violences alarmantes ne sont pas sans raison. Il se peut que ce soit un carnage généralisé qui se prépare pour terroriser, confondre et affaiblir davantage les masses populaires, forces motrices de la mobilisation pour le changement, toujours dans l’objectif des deux derniers coups d’État, à savoir les écarter de la scène politique.

Voici un échantillon de bilan provisoire des cas de violence et d’assassinats rapportés par la presse haïtienne au cours d’un seul mois de campagne électorale.

Dimanche 5 juillet, Wilkenson Bazile (31 ans), est mort, assassiné par balles vers 7h30 p.m. par des individus à moto.

Mercredi 22 juillet au matin, Pierre Lafond, le candidat à la Mairie de Marigot sous la bannière du parti FUSION est décédé l’hôpital Saint-Michel de Jacmel, après avoir été blessé mortellement par balles par un dénommé Bissainthe, agent de sécurité de Déus Deronette, candidat à la députation sous la bannière du parti PONT. Ce même, Mercredi 22 juillet vers 10h00 p.m. dans le quartier de l’Avenue Christophe Chanel (commune de Carrefour), 3 hommes Shiller Anthony (32 ans), Roody Raphaël (33 ans) et Jackson Pierre (42 ans) ont été abattus par balles par des individus non identifiés, circulant à moto. Selon des témoins, les 3 hommes collaient des affiches de Jacques Beauvil, candidat à la députation pour la circonscription de Carrefour sous la bannière VERITE. Mercredi 29 juillet, le candidat à la Députation, Denis Pierre Lima de la Circonscription de Torbeck/Chantal sous la bannière du Parti Respè a été agressé dans l’après-midi, par l’ancien Député Guy Gérard Georges, candidat sous la bannière Fanmi Lavalas et un groupe armé.

Vendredi 31 juillet, une vive tension a régné à Delmas 6, à l’intérieur du lycée Daniel Fignolé, en marge de la participation de la candidate au Sénat de la République pour le département de l’Ouest, Marie Liliane Vedrigue-Hersche sous la bannière de « Force Unité Nationale » (FUN), accompagnée de son équipe de campagne en vue de donner le coup d’envoi d’un championnat de football. Selon des témoins, des tirs sporadiques ont été entendus dans la zone. La candidate a été tout bonnement évacuée pour sa protection, par ses agents de sécurité.
Samedi 1 août, Germain Fils Alexandre, candidat député pour le parti Verité de la ville de Petit-Goâve, a dénoncé l’attaque lancée contre lui et ses partisans par les membres du parti Tèt Kale.

Dimanche 2 août, 2 personnes ont été blessées par balle et de nombreux pare-brise de véhicules endommagés, lors d’un rassemblement de campagne du candidat à la députation Abel Descollines, sous la bannière du PHTK. Le candidat député a accusé, sans les nommer, des partisans de certains de ses adversaires. Cette dernière semaine, dans la localité de Rivière Froide, un des partisans de la candidate à la députation Nadine Anilus sous la bannière du parti Fusion des sociaux-démocrates haïtiens pour la circonscription de Carrefour, a été blessée à l’oreille à l’arme blanche.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY