Qui est le Dr Jack Guy Lafontant?

0
1072
Le Président Jovenel Moise au cours d'une conversation au Palais National avec son Premier ministre le Dr Jack Guy Lafontant

Empruntant une pratique utilisée par le nouveau président américain Donald Trump, le nouveau président haïtien Jovenel Moïse a annoncé son choix pour le Premier ministre via Twitter dans la soirée du 22 février 2017. « Après une 2è série de consultations avec les présidents des deux Chambres, j’ai fait choix du Dr. Jack Guy Lafontant comme Premier Ministre », a-t-il tweeté.

Jovenel Moïse a été exaspéré après des jours de dispute avec ses alliés putatifs au Parlement, qui se bousculaient. Le lobbying pour divers candidats rivaux, en particulier la Chambre des Députés, préférait le président de la chambre basse Cholzer Chancy. Les combats étaient intenses. Le président a finalement décidé de choisir son médecin personnel :« Jovenel a finalement eu marre et a décidé de choisir son propre homme », a déclaré le Dr Michel José Charles, un gastro-entérologue haïtien basé à New York, ami du premier ministre désigné pendant des décennies.

Le président Jovenel Moise et le Premier ministre qu’il a choisi le Dr Jack Guy Lafontant
Le président Jovenel Moise et le Premier ministre qu’il a choisi le Dr Jack Guy Lafontant

Le Dr Lafontant était un partisan de Jovenel Moïse depuis qu’il a lancé sa campagne sous la bannière du  PHTK de Michel Martelly en 2015.

Décrit par plusieurs personnes qui le connaissent comme étant doux, sérieux et honnête, le Dr Lafontant, 55 ans, est un gastro-entérologue qui a été formé en Haïti et en Martinique, mais a toujours travaillé en Haïti. En plus d’être un médecin respecté à Port-au-Prince, il est également professeur à l’école de médecine et administrateur d’hôpital. Il était directeur général de l’Hôpital Sainte-Croix de Léogâne (ainsi que le fondateur de sa station de radio)  membre de l’American College of Gastroenterology et de l’Association médicale haïtienne, dont il fut autrefois trésorier.

Politiquement, le Dr Lafontant est le chef du Mouvement Démocratique de Libération d’Haïti – Parti du Rassemblement Démocratique d’Haïti (MODELH-PRDH), fondé par le politicien social-démocrate Louis Eugène Athis, qui en 1987 dans le sud-ouest d’Haïti a été pris à partie   par une foule criant: «Tuez les communistes»!

La plate-forme du parti « de la grande famille centriste » appelle « une nouvelle société plus pragmatique en matière d’investissement, de création de richesses et de protection du patrimoine national , avec un secteur privé des affaires plus entreprenant, plus progressiste, engagé dans un partenariat dynamique avec le secteur public pour combattre la corruption, promouvoir la croissance et la régionalisation économiques, la justice sociale et la lutte contre la pauvreté, une société imprégnée de sentiments d’équité, de solidarité et de propriété-appartenance par rapport au pays ».  De cette plateforme, on peut même dire qu’il y a une multitude de différence avec le tèt kale kaletèt qui a pillé le pays.

Cette vision politique est celle que l’ambassade des États-Unis approuverait et coïnciderait avec l’«internationalisme civique» du Rotary Club, dont le Dr Lafontant est le président du chapitre d’Haïti. En fait, la direction du Rotary International du Dr Lafontant doit certainement le mettre en bonne position avec Washington – qu’il y ait ou non des discussions entre Jovenel Moïse et l’ambassade américaine – et il est utile de comprendre le rôle du Rotary Club comme accessoire du pouvoir mondial.

Le Club Rotary, fondé à Chicago en 1905 à l’ère de l’ascension mondiale des États-Unis, a une « vision de la coopération internationale entre hommes d’affaires au nom du service communautaire … … la version d’un homme d’affaires d’une mission civilisatrice dans le monde » a écrit Brendan Goff.  « L’internationalisme civique des Rotary Clubs a contribué à l’impérialisme économique et culturel des États-Unis, grâce à son statut non-étatique, à but non lucratif  », soutient Goff lui-même.

Dans le passé, Washington a essayé d’imposer d’autres premiers ministres aux présidents haïtiens. Par exemple, les États-Unis forcèrent les premiers ministres Robert Malval en 1993 puis Smarck Michel en 1994 au président Jean-Bertrand Aristide. En 2011, le Dr Garry Conille, un assistant de Bill Clinton, a été nommé premier ministre du gouvernement du président Michel Martelly pendant environ quatre mois jusqu’à ce qu’il démissionne.

Qu’il y ait ou non une base à des rumeurs non vérifiées que l’ambassade des États-Unis a eu un coup de main pour encourager Jovenel Moïse à le sélectionner, le Dr Lafontant correspond objectivement au profil du leader que les Etats-Unis aimeraient voir dans le poste exécutif le plus puissant d’Haïti: Un technocrate pragmatique convivial, parlant anglais, prêt à éradiquer la corruption néo-duvalérienne tout en encourageant l’entreprise privée « dans un partenariat dynamique avec le secteur public ».

Dr Lafontant, fils d’un ministre épiscopal, avait une femme gastro-entérologue,  Dre Marie-Nirva Blaise, qui travaille maintenant dans le Bronx et vit à Valley Stream, NY avec leur fille adolescente. Par un autre mariage, il a aussi un fils à l’école de médecine de Port-au-Prince et une fille qui y est dentiste.

De gauche à droite: Me Jules Cantave president de la Cour de Cassation, le Premier ministre Jack Guy Lafontant, le président Jovenel et son épouse Martine Moise, et le chef de la Police
De gauche à droite: Me Jules Cantave president de la Cour de Cassation, le Premier ministre Jack Guy Lafontant, le président Jovenel et son épouse Martine Moise, et le chef de la Police

D’autres n’étaient pas si optimistes quant à l’offre. «Je lui ai dit de ne pas prendre le boulot», a dit le docteur Charles, qui appelle le docteur Lafontant «un gars très gentil et strict».

«Je lui ai dit que ce n’est pas une bonne idée de prendre un emploi dans ce gouvernement quand tout le monde vous connaît comme un gars honnête», le Dr Charles a continué. «Quoi qu’il arrive, vous ne sortirez pas avec un bon renom».

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il pensait que le président avait évité les autres candidats pour le poste de Premier ministre proposés par les alliés parlementaires et a choisi le Dr Lafontant, qui est aussi le médecin de l’ancien président Michel “Sweet Micky” Martelly, le Dr Charles a déclaré: «Peut-être Jovenel a autre chose à l’esprit que nous ne savons pas». Mais il suivait son mentor devrait dire Charles.

Le Dr Lafontant doit maintenant être ratifié par le Parlement, mais la procédure est différente maintenant en vertu des amendements constitutionnels. Auparavant, le Parlement devait simplement approuver les exigences bureaucratiques du candidat comme la résidence, la citoyenneté, le certificat de naissance, etc.  De coutume, les deux ou trois premiers candidats étaient généralement rejetés, dans le cadre du tango du pouvoir haïtien entre la législature et l’exécutif.

Cependant, en vertu des nouveaux amendements, le candidat choisit tout son cabinet et présente le plan d’action de son gouvernement pour approbation. Cela permet au président et à son prête-nom d’échanger des postes gouvernementaux avec des parlementaires mécontents et récalcitrants qui auraient pu voter contre une nomination. Le Dr Lafontant sera le premier à déterminer si le nouveau système rend les ratifications des PM moins compliquées.

(Article orignal en anglais, traduit par Haïti Liberté)

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY