La seule issue réaliste !

0
261

Le rituel ayant été respecté, le cycle recommence tout bonnement ! Rien de tout cela ne devrait surprendre personne. Avez-vous jamais entendu parler de l’histoire du baptême des rats qui invitèrent des chats comme musiciens pour égayer la fête? C’est bien de cela qu’il s’est agi avec les élections de 2016.  Cela a toujours été possible grâce à l’abri d’un épais rideau de fumée électorale, une voie sans issue qui devient un piège, un rendez-vous funeste  pour les naïfs, puisque  les classes dominantes et leurs alliés impérialistes ne laisseront jamais tomber les élections, leur instrument de façade démocratique qui ne sont autre chose que véritable marché de dupes conclu pour confirmer la continuité et assurer leur survie.

En fait, toutes ces manigances, orientations et alliances de cette classe de mercenaires de tout poil n’aboutissent-elles pas toujours qu’à refléter les options dérisoires, antipopulaires qui constituent le témoignage le plus évident que leur survie dépend essentiellement du soutien et de la protection des forces impérialistes et néo-colonialistes dont elles sont le sous-produit. Ce geste spectaculaire d’élections n’est jamais inutile.  Il s’agit toujours d’une tentative cousue de fil blanc pour masquer la réalité ; vu que seul compte pour eux  de changer les régimes pourvu que  les intérêts de classe précis ne se départissent du succès des stratégies de domination.

Devons-nous encore vous rappeler, une fois de plus, certains aspects sinistres de cette politique qui a fait faillite  puisqu’elle a trahi toutes les aspirations légitimes du peuple haïtien. Par exemple le rôle infâme de ces élections à l’emporte-pièce, sous occupation,  n’est jamais susceptible de faire sortir le pays de l’impasse politique dans laquelle elle s’est empêtrée depuis de longues années. Au contraire, elles ne servent qu’à alourdir davantage les souffrances du peuple et tenir le pays dans une situation intenable de sorte que les problèmes cruciaux qu’affronte le peuple restent sciemment ignorés.

Ces aveuglements n’ont d’ailleurs, malheureusement, que trop tendance à se reproduire, malgré les enseignements du passé de sorte que nous répétons les mêmes erreurs. Il importe maintenant de rectifier le tir, d’aller plus loin, vers une auto-détermination véritable qui ne peut que nous emmener vers d’autres horizons à savoir une rupture sans retour en bonne et due forme avec les pratiques anciennes.

Pour nous débarrasser de toute tutelle étrangère, politique, économique ou culturelle,  pour nous affranchir du joug colonial ou néocolonial, pour éliminer sans pitié les fantoches, les mercenaires, les agents de tout acabit, pour assurer la dignité et la souveraineté de l’homme et de la femme haïtiens et de leurs droits imprescriptibles, il n’y a qu’un seul pas à franchir : celui de constituer, à court terme, avec la majorité qui avait boudé les élections, une force mobilisatrice agissante. Désormais, il est temps que les masses populaires refusent de déployer des efforts surhumains dans des élections-«coups fourrés » ; efforts qui auraient dû être plus valablement utilisés pour la lutte fondamentale contre le sous-développement et l’exploitation outrancière.

Le symbolisme du Congrès de Bois-Caïman n’enseignait pas la réconciliation avec nos bourreaux. Le symbolisme de l’épopée de la Crète à Pierrot et de Vertières jusqu’à la résistance de nos valeureux paysans Cacos nous force à comprendre que la seule issue réaliste reste la grande confrontation de classe, celle capable de nous débarrasser des régimes dont leur seul objectif est de continuer d’asservir le peuple haïtien au profit des multinationales.

Cette soi-disant victoire électorale des nantis et des trafiquants, comme à l’accoutumée, n’est autre que l’occasion propice pour un pas de plus vers l’aventure décisive et définitive ; un saut qualitatif de prise de conscience nationale pour le renforcement des forces populaires. Face aux complots et intrigues de toutes sortes organisés et téléguidés par les impérialistes, le peuple haïtien se doit de savoir que l’impérialisme n’est pas imprenable ; sauf qu’il faut savoir comment s’y prendre. Donc,  que le peuple ne se décourage pas car sa détermination et sa volonté doivent être inébranlables.

Le cycle de la lutte pour le changement fondamental ne pourrait pas être clos avec ces résultats définitifs. Au contraire, plus que jamais, le clivage s’accroit entre les appauvris et les exploiteurs.  Plus que jamais le fossé creusé entre les chômeurs, les travailleurs, les paysans pauvres, les ouvriers et les bourgeois exploiteurs devient beaucoup plus profond.

Ces opérations électorales « poudre aux yeux » peuvent tromper les indécis et  les opportunistes, mais pas les militants aguerris, décidés à lutter jusqu’au dernier combat. La lutte de libération nationale haïtienne ne se dénouera que sur le terrain des luttes anti-impérialistes et rien d’autre et c’est là, la seule issue réaliste !

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY