Assassinat de 4 haïtiens d’une même famille en République Dominicaine

0
143

L’année 2017 s’annonce très préjudiciable pour les compatriotes haïtiens vivant en République Dominicaine. En effet, dans la nuit du samedi 7 au dimanche 8 Janvier 2017 dernier, dans la localité de Las Matas, San Juan en République Dominicaine, une famille de 4 personnes a été trouvée assassinée dans sa résidence. Il s’agit de Camille Antoine, 35 ans, père de cette famille, Janetta Joseph, 34 ans, mère et leurs deux fils Nesson Antoine, 12 ans et Baccachata Antoine Joseph, 5 ans.

Dans le cadre de ce crime odieux commis sur ces quatre haïtiens en terre étrangère (République Dominicaine), deux des trois présumés coupables ont été appréhendés par les autorités dominicaines qui avaient diligenté une enquête policière et judiciaire. Ces assassins répondent aux noms de Jefferson et Janéüs. L’autre assassin, un certain José ainsi connu est activement recherché par la police dominicaine. D’un autre côté de la frontière  toujours en république voisine, nos compatriotes continuent à être victimes de deux fléaux qui sont assassinats et déportations massives.

Toujours concernant les haïtiens vivant en république voisine, le Groupe d’Appui aux Réfugiés et Rapatriés (GARR) se fait le devoir d’inscrire l’institution dans une dynamique de pourvoir les paysans vivant de l’autre côté, ceux  et celles issus des sections communales de Grand-Bois et de Cornillon, des documents légaux certifiant leur existence (actes de naissance et extraits d’archives).  «Nous autres du GARR, notre mission sacerdotale est de travailler avec les migrants haïtiens, plus particulièrement ceux et celles qui vivent en république dominicaine. Ayant constaté que le problème majeur de ces compatriotes se résume à la question de documents d’identité, nous avons résolu de les aider en ce sens. Dans l’objectif de porter une réponse à ce grave problème, vers la fin de l’année 2016, nous avons été dans des sections communales de Cornillon et de Grand-Bois. Après tant de démarches et de recherches, nous avions pu livrer des pièces d’identité à 200 bénéficiaires, originaires de ces communes, dont 195 actes de naissances et 5 extraits d’archives», a fait savoir un des responsables du GARR, Saint-Pierre Baubrun.

Par ailleurs, le GARR a ainsi informé qu’au mois de Juin 2017, les autorités dominicaines ont décidé de déporter 130 mille migrants haïtiens dans leur pays d’origine, Haïti. Selon un responsable l’organisation de droits humains, Géralda Sainvil, les autorités haïtiennes sont les artisans de malheur de leurs propres compatriotes, puisque n’ayant aucune volonté à les aider. Les 130 mille compatriotes doivent présenter aux autorités dominicaines un paquet de 3 pièces contenant leur passeport, leur acte de naissance ou extrait d’archive et leur CIN (Carte d’Identité Nationale) que les autorités  haïtiennes doivent leur fournir avant le mois de Juin 2017, date butoir de l’expiration de leurs cartes de séjour qui leur ont été livrées par les autorités dominicaines en Juillet 2016. A défaut de ces pièces, les 130 mille sans papier haïtiens seront déportés vers leur pays d’origine, Haïti, à partir de Juillet 2017.

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY